Critique des Éditions Bruno Doucey sur l'oeuvre poétique de Thélyson Orélien

Publié le 21 Mars 2011

 Paris, le 18 avril 2011

 

 

 

Note de lecture : " Poèmes déshabillés suivi de Fragments de voix " de Thélyson Orélien

 

 

Tenté par l’hermétisme, le recueil  Fragments de voix  de  Thélyson  Orélien porte néanmoins une parole forte, resserrée, qui vise juste et souvent fait mouche  (« L’écriture / Si cruelle des fois / ne s’écrit / Qu’à stylo de sang / Elle n’habite / Que l’air / Et valse avec la compréhension dérobée », page 8). Poèmes d’amour, poèmes sensuels qui exigent d’autant plus de maîtrise qu’ils expriment l’étendue (« Ton corps / Avait la forme de mes bras / L’espace de mes yeux », page 15).  La préface signée Arnaud Delcorte relève  la proximité du physique, du charnel même, et du métaphysique qu’on retrouve constamment liés : « Et nous avons fait l’amour / jusqu’au verso du temps ». On regrette que la parole soit parfois par trop repliée, cachée au sein d’elle-même, et que cette alternance de poèmes clairs et obscurs paraisse aléatoire.  

 

 

 

                                                                                                                                         

Éditions Bruno Doucey, comité de lecture

 

 

 

Poèmes déshabillés suivi de Fragments de voix   "

Editions Aparis-Edilivre, Paris - Collection Tremplin 

 


                                                                                                                                     

 

Paris, le 18 avril 2011

 

 

 

 

Note de lecture : " Le rythme fatigué de ma main " de Thélyson Orélien

 

Marqué par la catastrophe et le deuil,  ce recueil est notamment dédié « à la mémoire de tous ces martyrs que le douze janvier a laissé sans sépultures ». L’urgence de l’écriture y est palpable ; le déroulé des vers, hâtif, ahané. Ecriture comme premier souffle de vie, même craché. Le poème, échoué à peine né, son pouls bat encore : « Écrire un poème  /  Que je n’ai montré qu’à  ma  poubelle  / “Inachevé” est son titre  / “Le rien” est son sujet ». À dire un désastre qui est déjà en pleine lumière, dans une lumière même trop crue, manque peut-être, du coup, le temps du compost, de la macération, de la digestion. Cela dit, la scansion reste très forte et efficace : « En conséquence / Passait déjà / sous l’échelle du temps / de verbes chantés  / de verbes plantés  / de verbes pansés  / de verbes pressés  / de verbes palpés /  de verbes écrits  / Le charbon des jours creux  /  en sens ascendant  /  des rumeurs qui coulent ».

 

 

 

Éditions Bruno Doucey, comité de lecture

 

 

 

" Le rythme fatigué de ma main " 

Editions Aparis-Edilivre, Paris - Collection Tremplin 

Rédigé par Parole en Archipel de Thélyson Orélien

Repost 0