En Hollande, la France devient Françoise

Publié le 9 Mai 2012

http://u.jimdo.com/www27/o/sab82ff30b53993fb/img/i34e71ddb49c9a8c8/1336341795/std/fran%C3%A7ois-hollande-le-nouveau-pr%C3%A9sident-de-la-r%C3%A9publique-fran%C3%A7aise.jpg

Les Français, en ce 6 mai, viennent de choisir le changement en me portant à la présidence de la République. J'en sais les exigences et à ce titre j'adresse un salut républicain à celui qui a dirigé la France pendant cinq ans. J'exprime ma profonde gratitude à toutes celles et à tous ceux qui ont par leur suffrage rendu cette victoire possible. Beaucoup attendaient ce moment depuis de longues années. Le changement que je vous propose doit être à la hauteur de la France, et il commence maintenant. Aux électeurs qui n'ont pas accordé leurs suffrages à ma candidature, qu'ils sachent bien que je respecte leurs convictions et que je serai le président de tous. Ce soir, il n'y a pas deux France qui se font face : il n'y a qu'une seule France réunie dans le même destin. Chacun sera traité dans la République à égalité de droit et de devoir. Aucun enfant de la République ne sera laissé de côté. Trop de rupture ont séparé nos concitoyens."

François Hollande.


31 ans après François Mitterrand, la Gauche Française revient au pouvoir en France, après une campagne électorale agitée entre les deux partis. L’électorat français a élu le dimanche 06 mai 2012 l'homme politique de gauche François Hollande pour diriger le pays. Après une longue carrière politique, mais sans n’avoir jamais exercé aucune fonction gouvernementale, Hollande est maintenant inscrit dans la liste des présidents français, élu à sa première candidature. Maniant un langage sérieux, précis,  parfois humoristique, il a su mener un très bon débat, et particulièrement dirigé contre Sarkozy durant la campagne électorale. D’ailleurs on se rappelle qu’il ne voulait pas prononcer le nom de Sarkozy sur France 2 dans l’émission Des Paroles et des actes en disant : « Parce que moi, je veux parler d’avenir, le passé ne m’intéresse plus.». Sûr de lui,  il prédisait la défaite de Sarkozy et de son clan tout en annonçant une autre présidence comme il l’a si bien précisé dans le débat « … Je suis ici pour préparer une autre présidence. ». De ce fait s’il est des sujets où il apparaît mature et rigoureux, sur d’autres il ne donne pas de réponse précise et flotte. Tandis que le président sortant maîtrisait très bien ces paramètres, et n’a pourtant pas mis l’accent sur ces points, lesquels sont très déterminants et très pertinents aujourd’hui. Tel a été le cas de Mirelande Manigat lors des élections 2010 qui se laissait gifler par sa propre main. Les erreurs de l’un contribuent toujours à la hauteur de l’autre de toute  manière.


Demandant à être jugé sur deux points au terme de son mandant : «  La justice et la jeunesse », François Hollande, semble t-il, va se lancer dans une bataille sans beaucoup de munitions. Parce qu’il est arrivé au pouvoir dans une Europe en pleine crise. Et conscient de ce grand défi, il s'est montré prudent en déclarant : « Je mesure l'honneur qui m'est fait et la tâche qui m'attend » dans son premier discours de président élu. Toutefois, la politique n’est pas une discipline hasardeuse, où l’on rentre pour s’excuser, ni non plus une science exacte dans laquelle les mêmes causes produisent les mêmes effets. Le nouveau président doit donc tâcher de construire son leadership jusqu'à se faire des amis ou des alliés. Ne tenant pas compte des votes blancs, et malgré la contribution des  candidats du premier tour ayant appelé à voter Hollande, 51% n’est pas un chiffre majoritaire. Que les Français s’affirment, car il a déjà des rendez-vous très sensibles et très proches sur le plan international, tels que : « des sommets internationaux (…) également à l'agenda : le G8 à Camp David (Etats-Unis) les 18 et 19 mai, un sommet de l'Otan les 20 et 21 mai à Chicago, le G20 au Mexique les 18 et 19 juin. »    

 

Anderson Dovilas 

Mai 2012

Rédigé par Parole en Archipel par Thélyson Orélien

Repost 0