Haïti / Prix Littéraires 2009: Nos écrivains peuvent se réclamer d’avoir respecter l’emblème nationale.

Publié le 3 Décembre 2009

Par Fabian Charles

En dépit du constat sinistre qui établit Haïti comme point dormant de la caraïbe, son statut artistique connait une croissance envers laquelle nul ne peut être insensible. Nos écrivains peuvent se réclamer davoir respecter lemblème nationale dans une union implicite qui a fait rayonner cette fierté haïtienne séculaire dappartenir aux mêmes racines malgré les distances parfois forcés de certains autres intellectuels qui ont fêtés avec nous la pluie agréable des prix qui a déversé sur cette année deux mille fois neuf. Par les nombreuses foires la production du livre durant ces dernières années amenant un engouement unificateur pour la lecture et pour lécriture, les haïtiens ont désormais adopté un reflexe créatif qui contraste malheureusement avec la création dinfrastructures techniques.

La pensée des plumes haïtiennes s
est faite forte et a réussi a affronté dans divers concours internationaux dautres belles plumes du monde. Pour raviver notre fierté nationale jusquici malmenée, deux journalistes ont allumé des projecteurs sur notre peuple et ont démontré notre liberté et notre talent de dire dans des domaines différents; Gaby Saget qui a obtenu le Prix de la Liberté de la Presse Francophone et Lyonel Trouillot à laide de ses talents de romancier a prononcé un discours visionnaire déquité sociale devant le maire de Paris en recevant le Prix Wepler pour son magnifique roman, « Yanvalou Pour Charlie ». Le Prix International de la poésie de l’association internationale La Porte des poètes, établie en France et en Espagne décerner à Frantz Dominique Batraville.

Ces succès activent notre mémoire et nous pousse à revivre les beaux jours passés de notre nation avec des personnages tels que Jacques Roumain et Anténor Firmin qui ont fait briller de mille feux engagés notre sensibilité sur le terrain international avec leurs livres respectifs, « gouverneurs de la rosée » et « De légalité des races humaines ». Le passé était de bonne fortune avec la remise du Prix Renaudot à notre écrivain estimé René Depestre pour son récit inoubliable dune fameuse femme de Jacmel. Quoi de plus aujourdhui que la bonne dose du Prix Médicis porté par Dany laférrière pour chanter haut lalliance inextricable des racines de Toussaint Louverture dépassant lexil. Il nous reste dans le collimateur le Prix Goncourt, le plus célèbre de la francophonie pour affirmer notre immensité par rapport au monde du moins du coté des lettres.

Des rayons lumineux proviennent aussi de lavenir car si les fructueuses foires nous permettent de savourer les célébrités usagères à légal dun Gary Victor qui bénéficie dune bonne considération à létranger. Elles nous permettent aussi dinsuffler des odeurs neuves. Le collectif intitulé «Ancre des dattes» inauguré par Jean Euphèle Milcé et Mackenzy Orcel a indexé une alliance possible entre différents teints dencre sans déséquilibre de maturité. Ce mélange des âges qui peut être constitué de portions égales donne lespoir dune constante réussite littéraire pour cette ile parcourue de cultures, si on peut prendre l’exemple du Jeune Poète Thélyson Orélien qui a remporté le Prix International Jeunes Auteurs en Val d’Aoste dans le nord de l’Italie et Finaliste du Prix Arthur Rimbaud - Fondation Emile Blémont de la Maison de Poésie en France.


Ces trois derniers jours, trois auteurs ont rapporté des récompenses prestigieuses au bercail, Emmelie Prophète dans la caraïbe avec son roman, le testament des solitudes, Yanick Lahens et Dany Laférrière récidivent par le prix RFO et la consécration pour ce dernier de la revue littéraire Lire, à l
initiative de Bernard Pivot, qui juge son dernier roman, le meilleur roman français de l
année 2009.

Cette rythmique accélérée de la glorification des livres haïtiens est un espoir pour un continuum succès des mots. De nouvelles plumes surgissent de terre, deviennent accessoire d
ailes pour survoler dautres espaces de pensées. Une réussite de lunification de lart pourrait, si ce nest pas quun rêve, influencer la bonne marche des autres secteurs dactivités. Et avec cela le blason de léminente chanson dOthello Bayard* sera redoré.

Fabian Charles, Ecrivain - Poète
fabian100e@gmail.com


* Othello Bayard: Violoniste et médecin, né au Cayes le 2 Septembre 1885. Il composa " Souvenir d'Haiti ", plus connu sous le nom " d'Haiti Chérie " en 1920, alors qu'il étudiait l'art dentaire à Berlin. Il est décédé aux Cayes le 19 Juillet 1971.
 

Index de Prix Littéraires
Prix littéraires: Lauréats des prix littéraires français décernés en 2009.

Rédigé par Fabian Charles de Parole en Archipel

Repost 0