Les fulgurances de la poésie créole de Lokandya

Publié le 5 Novembre 2012

311134_3218009228276_1306305502_n.jpgLokandya    

 

Brève

Par une image surprenante ou même déconcertante, le poète est comme un homme qui est monté en un lieu plus élevé et voit autour de lui un horizon plus vaste où s’établissent entre les choses des rapports nouveaux, rapports qui ne sont pas déterminés par la logique ou la loi de causalité, mais par une association harmonique ou complémentaire, en vue de donner un sens. En lisant Pwent tete soley, un recueil de poésie en créole de Fortestson Fenelon dit Lokandya, publié aux États-Unis, chez Edu-cavision, je remarque qu’il n’échappe pas à cette fatalité littéraire. Ses mots s'arrangent, pour devenir des vers solides qui racontent notre vécu - PS : Par respect pour les non-créolophones, je reprendrai ces extraits créoles en français, sous peu, dans la dimension poétique propre, avec l'accord de l'auteur, mais en attendant on peut traduire; une traduction en créole haïtien est désormais disponible sur Google-traduction. 

 

Tout folim yo monte al jwenn soley / bel rev nan domi / bel koze m’pale chak jouk / bel plezi m’ganyen douvan jou / tout kache byen fon nan vant soley // Ou se boul soley mwen / ak ou / m’ganyen le mondyal / jwet pa’m ak pa’w / se trible tout andedan vant lavi / tik-tak, tik-tak, tik-tak, tik-tak, tik-tak… voup toup / men nan bouda lavi / tout late kanpe pou bat gro bravo / Ou se boul soley mwen / ou klere men’m vre rev nan domi / bo kote’w tout moun kadav / bouch nan bouch
nap soufle
nap gonfle lavi
nap gonfle blad lavi
nap gonfle trip lavi
nap gonfle bouda lavi / ou se boul soley mwen

 

Dans la poésie en créole de l’auteur de Nuits à deux battants (Edition Page Ailée), la parole écrite a deux fins : elle veut produire dans l’esprit du lecteur un état de conscience, et un état de joie. C'est une poésie émanant de la vie populaire et du quotidien. Dans un premier cas, les objets sont les choses primordiales, il s’agit de fournir une expression analytique exacte et complète, de faire progresser le lecteur par des chemins continus jusqu'à ce que le circuit du réalisme merveilleux et des hallucinations soit complet. Dans un pragmatisme bleu nuptial il nous fait découvrir la fulgurance du beau et du vrai avec une parole non heurtée ni distraite sans  cacher la folie des nuits iniques qui refusent toutes idées qui reviennent.

 

Aswèa tout folim yo pran lari / lonbraj mwen ale jwenn van / tout sa ki di / tout ti kont / tout tripotay / ajenou nan pye’m // Bri lannwit fè mikalaw nan tèt mwen / bri moun kap kriye mizè / bri ti moun ki grangou / bri lanmò / bri ti moun ki fèt / bri bal / bri koudeta / bri fèt / bri alsiis, isss, isss, isss, isss / tout pèdi nanm yo nan mitan lannwit / Aswèa lannwit gen tout koulè / koulè malè / koulè san / koulè lanmou / koulè lanmou ki pèdi fren nan vant simityè // Lannwit rele’m pa’m / ak li m’pran tout randevou / tout sekrè lannwit ekri sou po do’m / lannwit se mwen m‘se lannwit / love pou love nap teke / nap teke rive jouk nan simityè

 

Dans un second cas par les moyens des mots, comme le peintre par celui des couleurs et le musicien par ses notes, la poésie en créole de Fortestson ‘Lokandya‘ Fenelon se veut un spectacle, une émotion ou même une idée abstraite, un dit de non-dit, qui constitue une sorte d’équivalence à la solubilité de l’esprit. Ici l’expression devient sa marche principale. Il informe le lecteur, il le fait participer à son action créatrice. Il le place dans la bouche secrète de son esprit, une énonciation de tel objet ou de tel image qui est agréable à la fois à la penser qu’aux organes physique de l’expression.

 

Yon zetwal file / de file / twa file / yon latriye file / souf nou pa sispann kwaze nan gran chimen / chak bò lari pòtòprens / nou kase / randevou ak souf nou / nou kase randevou ak lanmou / nou kase randevou ak lanmò

Pa bò isit
bay soley la dlo nan je
moun di lanmò bonjou nan fason pa yo

Chak revèy sonnen / yon lè lanmò sonnen / Tak, tak, tak, tak, anmweeeeeee / Rèl la kreve almanak / yonn / de / twa / yon latriye deja pran kannte / yo pati / yo pati byen lwen kite zile a / yo pati / yon bann pati / yon bann ak yon pakèt pati / tout sekèy pran lari / tout lanmò pran lari / chak jou ki tanmen se yon dèy simityè

Des thèmes qui expliquent une grande partie de la poésie créole de Lokandya sont la nuit, l’amour, la vie, la mort, l'érotisme, la nature, la fuite du temps ou la beauté du monde. Ce sont des mots qu’il écrit et laisse aux battants de la porte de l’être aimée. Des thèmes qui guident une poésie et enveloppent une narration à une mesure solennelle et d'un progrès enchanté dont les visions les plus affreuses ne peuvent altérer l’intime et la souveraine douceur.

 

Nan pwent tete w / tout manti fè fon / venn nan kòw se chimen / ki mennen dwat nan panse gayak / ou se solèy mwen / lan pwent tete w / lavi a bay randevou / lavi a monte pye bwa

 

Parole bien faite, en meuble des attitudes physiques, une stylisation des attitudes verbales d'un discours et d'une conversation poétique. Il y a l’allure d’un homme qui discute, qui distingue et qui explique, éminemment approprié à la tournure d’esprit nationale qui résume la situation par des sentences bien frappées, une espèce de verbe et de proverbes. Pwent tete soley est une poésie fulgurante, une révélation de la poésie créole moderne, après des textes en créoles à succès comme, Boudalavi, Simitye pran lari, Folitoufonnen, Lanmoutoutouni. Dans un monde tout particulier, la poésie créole de Lokandya nous conduit à des endroits inhabituels. Une parole forte qui nous transporte le cœur mais aussi la tête. Un auteur qui nous invite à naviguer dans des vagues et à fureter des labyrinthes.-

 

Thélyson Orélien

Rédigé par Parole en Archipel

Repost 0