Le Prince Noir de Lillian Russell , de Kettly Mars et Leslie Péan

Publié le 24 Mai 2011

http://media.librairiedialogues.fr/49/attachments/large/9/3/2/000930932.jpgC'est un singulier roman, d’abord parce qu’il est écrit à quatre mains, par les deux haïtiens Kettly Mars et Leslie Péan et c’est plutôt rare, un roman co-écrit. Ensuite par le sujet choisi et la façon de le raconter. Mars et Péan nous transportent dans le Manhattan de la fin des années 1800, celui des théâtres, où l’on se rend en fiacre, avant de rejoindre des restaurants chics pour souper et se montrer, rutilant.

 

New York et ses frous-frous, ses cancans, ses hommes d’affaires véreux et leurs danseuses, où tombent deux petits nègres pleins d’illusions. Henri de Delva, qui se fait passer pour un prince, homme raffiné, instruit, dont la beauté fera tourner la tête à des femmes et à des hommes. Son compagnon, Thalès, souffreteux, alcoolique, un peu perdu mais ébloui. Tous deux s’installent dans un hôtel et mènent grand train, avec l’argent… de la Révolution. Celle qu’ourdissent des généraux haïtiens, lesquels ont envoyé Henri et Thalès, deux émissaires pour le moins voyants, trouver à New York un navire et des armes, de quoi monter l’expédition par laquelle ils entendent renverser le gouvernement en place à Port-au-Prince. 

 

Oui mais voilà, bien difficile, débarquant dans une ville trépidante comme New York, les valises pleines de centaines de milliers de dollars destinés à financer leur opération révolutionnaire ; bien difficile pour les deux jeunes hommes de résister à l’envie de les dépenser, ces dollars à mauvais escient ! Surtout que le soir même de leur arrivée, Henri tombe raide dingue de Lillian Russell, actrice et chanteuse américaine qui fit, pour de vrai, tourner toutes les têtes à New York dans les années 1890. Croqueuse d’hommes et de diamants, elle deviendra l’obsession de notre homme. L’argent de la Révolution lui coule entre les doigts : il lui faut couvrir sa dulcinée de cadeaux et puis, et puis, il est rongé par la passion du jeu.

 

Évidemment, après un état de grâce de quelques semaines, les ennuis deviennent très sérieux pour nos deux compères. Ce Prince noir de Lillian Russell tient plus du polar que de la bluette. Un polar écrit à la manière des grands Chester Himes. Pas besoin d’un gros effort d’imagination pour que surgissent dans l’esprit du lecteur les impayables éditions Cercueil et Fossoyeur Jones. On s’attendrait presque à les rencontrer au détour d’une rue ou dans l’ombre d’une porte cochère.

 

"LE PRINCE NOIR DE LILLIAN RUSSELL" sera en vente-signature à LIVRES EN FOLIE, le 23 juin 2011.

 

 

© Audrey Pulvar

 

Lecture conseillée :

Le Prince Noir de Lillian Russell

de Kettly Mars et Leslie Pean

Editions du Mercure de France

Paru le 29 avril 2011


 

- Kettly Mars, est née en 1958 à Port-au-Prince où elle vit. Après ses études classiques, elle reçoit une formation en administration et travaille encore entre colonnes de chiffres et procès-verbaux de réunion. Elle commence à écrire vers le milieu de la trentaine, un besoin latent alimenté depuis l’enfance par sa passion de la lecture. Elle le fait pour dégager son souffle du poids des tabous qui entravent sa société et aussi pour trouver cohérence et équilibre dans le fouillis violent, sublime et paradoxal qu’est Haïti. Sensualité et érotisme colorent sa prose qui va au cœur des choses et des êtres, explorant des sujets sensibles comme la spiritualité vodou, l’homosexualité, les préjugés de couleur et de classe, la condition des femmes. Ses personnages attachants livrés à l’arbitraire d’un destin fatal développent des mécanismes surprenants de résistance dans un seul but, survivre. Née au tout début d’une dictature qui l’a vu grandir et entrer dans l’âge adulte, Kettly Mars, comme d’autres d’écrivains de sa génération, essaie de retrouver dans ces trente années de traumatisme brutal la source des tendances à l’auto-destruction d’un peuple.


 

- Leslie Péan, est né en 1949 au Cap-Haitien, Haïti et vit aux Etats-Unis. Il a déjà publié L’Ensauvagement macoute (2007) chez Maisonneuve et Larose et Les luttes de l’Union Nationale des Etudiants Haïtiens sous le gouvernement de François Duvalier (2010) chez Mémoire d’Encrier.

 

Mercure de France link

Rédigé par Parole en Archipel

Repost 0