"Lonbray pou lanmò - Une ombre pour la mort" d'Emmanel Vilsaint-Veguy

Publié le 18 Décembre 2010

Emmanuel.jpg" Yon pwezi ki pale avèk grenn zye l pou di doulè-malè kè; Kè ki sispann bat pou bay lavi yon lòt koulè san, tou wouj, tou bèl, tou pwòp. Yon pwezi ki mouri pou reviv, ekri lavi yon lòt jan anndan lonbray. Yon pwezi granmoun kannay ki pati pou bay timoun pote la mayòt. Yon pwezi loko vasiye, soti lanesans pase nan fè bèl pou rive nan de pye lonng. Yon pwezi leve danse pyafe, yon fason pou di lavi la tout tan gen tan, anvan epi apre lanmò. "

"Lonbray pou lanmò" (Une ombre pour la mort) est une poésie hurlante parlant d’amour et de cœurs endeuillés, plongés dans le silence pour donner à la surface de la terre une autre couleur de sang, plus rouge, plus belle, plus propre. C’est une poésie qui se meurt pour faire place à d’autres vies futures dans un monde encombré par tant de malheurs et de violences. C’est aussi une façon de dire que, même après la mort, la vie ne mourra jamais ; grâce à l’immortalité de notre ombrage qui nous colle à la peau comme à l’âme. En plein cœur de Paris, le choix d’être aussi un auteur d’expression créole n’est nullement anodin. Il s’explique à travers une démarche identitaire : ayant vécu toute mon enfance et adolescence en Haïti, mes inspirations et influences poétiques sont, à la base, profondément liées à des expériences uniques, tumultueuses, qui ont pu transformer ma vie, lui donnant une autre couleur parfois salée, chaude ou sinistre et dont leur témoignage fait vibrer plus facilement le cœur de ceux qui le reçoivent quand elles sont écrites en créole haïtien, une langue comme toute autre langue , un système de communication reconnu comme langue officielle par la constitution haïtienne et par l’Onu suite au rapport soumis par l’Unesco sur la recherche vis-à-vis du créole haïtien (1981-1982) et qui fait partie des caractéristiques d’une entité sociale (le peuple haïtien) et nationale (Haïti). Il remplit également les quatre conditions établies par les sciences linguistiques essentielles à définir une langue comme il se doit. Il comporte Phonologie, morphologie, syntaxe, lexicologie. Tout cela se retrouve dans ses écritures, sa grammaire, sa littérature et ses expressions orales utilisées par plus de huit millions d’haïtiens chaque jour vivant en Haïti et à l’étranger.

 


 

Désordre (extrait et traduit de "Lonbray pou lanmò")

 

Satan est dans la ville

Courrez ! Vite, courrez !

 

Cette ville à bouche d’écume

Enterrée pour avoir depuis longtemps empesté la mer

 

Cette ville à catégorie énigmatique

 

Pardon papa…pardon

Je l’ai entendu geindre sur le parvis de la Sainte-Anne

 

Des femmes debout en corps béton crachent sur les évangiles

Des enfants riant de travers mettent en feu le baptistaire du Père éternel

Des filles de joie font glisser la grand-rue sous leurs broderies déteintes

Des ferrailleurs battent le vent pour qu’il cesse de tourner

 

Pour chaque fou, un poignard à la main

Pas sage à l’acte quand il faut écorcher l’état

 

Satan est dans la ville

C’est pour discorder des tripes qu’il martèle les mâchoires affamées

Et dissout les langues salivées de Notre Père

 

Satan est dans la ville

Il n’est pas à son dernier repas du vide

Il a déjà bu tout le sang encanaillé dans nos détritus

Et mangé dans le crâne du jour l’ennui de notre innocence

Il nous l’a fait fabriquer, Il nous l’a fait mettre, vous dis-je

Le museau de l’homme enchienné 

 

Satan est dans la ville

Nagez…nagez… - il nous dit -

Des  bouteilles emportées sur le matelot

Des bouteilles à S.O.S. de vertige

Nagez…nagez…

Laissez derrière vous vos caleçons de capitaine piétinés

par des promeneurs de deux gourdins américains

 

Au grand palais, j’ai appris que nous sommes morts

 

Nous sommes assis à la droite des dieux,

Un paquet de feu nous a été confié pour détourner le regard des balles

dans le concert harmonieux des gros poignets

 

Satan est dans la ville !

Cette ville qui recherche pour demeure une nouvelle ville

Une rue pour éclairer le fanal de son temps.

 

 

 
 
Auteur: Emmanuel Vilsaint –Veguy

Genre : Poésie

Editions: ANIBWE
Parution: 20/10/2010

Illustration page de couverture : Woody Casimir

 



Biographie de l’auteur : Emmanuel Vilsaint-Veguy né à Port-au-Prince, Haïti mène depuis 2003 un parcours autour de la poésie, du cinéma et du théâtre, en tant que comédien et metteur en scène. Diplômé de littératures étrangères à l’université Paris XIII, il écrit en Français et en créole. Parallèlement à ses cours d’art dramatique au Conservatoire Erik Satie dans le 7ème arrondissement de Paris, Emmanuel crée Comédiens & Plus qui propose une alliance entre les formes théâtrales traditionnelles et contemporaines. Aujourd’hui, il continue à écrire tout en restant fidèle aux planches. Son premier recueil de poèmes, « Lonbray pou Lanmò » sort en octobre 2010.

 

 

Parole en Archipel

Rédigé par Parole en Archipel

Repost 0