Poétiques du monde | Pour saluer l'arrivée de Vents Alizés

Publié le 6 Juin 2012

Vent alizee-copie-1Robert Berrouët-Oriol - Thélyson Orélien - Anderson Dovilas - Samson Jean Erian Ludhovick

 

VENTS ALIZÉS – Poétiques du monde : une nouvelle revue accessible en ligne, au graphisme soigné, voit le jour ce 5 juin 2012 dans l’Océan indien pour faire le pont, par-delà mers et terres, langues et peuples, entre les voix plurielles de la fiction et de la théorie littéraires. VENTS ALIZÉS – Poétiques du monde est une revue électronique semestrielle de création et de théorie littéraires. Elle s’est donnée pour mission d'assurer une diffusion plus large et plus marquée aux auteurs de l'Océan indien, des Caraïbes et du Pacifique. Sous cet angle, elle est également une plateforme d'expérimentations poétiques et un neuf laboratoire d’expression des voix de la fiction dans leur singularité et leur diversité.


La revue a été fondée par la poétesse seychelloise Magie Faure-Vidot et par Károly Sándor Pallai, chercheur doctorant en littérature francophone et comparée (Université de Budapest - ELTE).

 

Longuement mûrie dans sa conception, la revue électronique VENTS ALIZÉS – Poétiques du monde  a été conçue pour assurer une diffusion en accès libre et  étendu aux auteurs de l’Océan indien, des  Caraïbes, du Pacifique et d’ailleurs. Les alizés, vents des régions intertropicales, désignent le concept fondateur de la revue : établir et nourrir de vifs rapports entre les aires océaniques de la langue française, entre les littératures des océans. Qu’il s’agisse d’auteurs débutants ou d’écrivains confirmés, la revue s’attachera à la mise en valeur d’une production littéraire de qualité et d’un discours critique autonome. Le principe de la libre circulation des textes et des études vise à encourager la diffusion de la création littéraire et de la recherche théorique afin de favoriser l’intercommunication et les enrichissements mutuels.

 

Dans le but d’amplifier la libre circulation des idées, et pour se situer dans l’interculturel, la revue VENTS ALIZÉS – Poétiques du monde  est d’emblée ouverte aux différentes formes de la poésie. Résolument contemporaine, elle se veut un lieu essentiel de rencontre de la création et de la théorie, de nouvelles voies d’emboîtements et d’interinfluences des diverses formes artistiques. Laboratoire de voix plurielles, la revue est au croisement des cultures, des continents, des langues et des littératures. Dans cette optique la revue publie des textes en français, en anglais et en créole (guadeloupéen, réunionnais, mauricien, seychellois). Le créole haitien, il faut déjà s’en réjouir, y trouvera une dynamique voie d’expression.

 

La revue VENTS ALIZÉS - Poétiques du monde paraîtra deux fois l’an. Les numéros seront structurés autour d’un noyau thématique choisi par le comité de rédaction. Une rubrique sera réservée aux œuvres et articles qui ne sont pas associés au thème du numéro. La revue favorisera la diffusion de résultats de recherche portant sur un sujet lié aux domaines retenus. Conformément à sa politique éditoriale, elle  valorisera également les parutions récentes dans les domaines de la création et de la théorie littéraire, de l'esthétique et des sciences humaines apparentées.

 

Komansman. Tel est le titre générique d’une livraison de 244 pages riche de la diversité de ses voix. Le liminaire éditorial en précise à dessein le projet : « Ce commencement est la naissance d’une plateforme créée dans l’intention d’améliorer l’accessibilité de la production littéraire de l’Océan Indien, de la Caraïbe et du Pacifique. Nous voici engagés sur l’archipel des formes expérimentales et inventives qui servira aussi de passerelle aux acquis de la tradition. La revue VENTS ALIZÉS - Poétiques du monde  est née pour unir les divers héritages --vécus et imaginaires--, des trois océans et de plusieurs continents. Elle représente l’unité dans la diversité, les rencontres et échanges enrichissants des singularités. Nous remercions tous ceux qui ont contribué à la réalisation de ce projet par leurs textes, photos, remarques, conseils et observations, par leur temps et énergie. Bonne lecture et bon voyage ! »

 

Plusieurs contributions haïtiennes figurent aux côtés des textes d’écrivains des Seychelles, de la Martinique, de La Réunion, de l’Île Maurice, de l’Inde et de la Guadeloupe :

 

  • Anderson Dovilas [1] : ‘’Récit d’une nuit blanche’’ - ‘’Laviwonn’’ (extrait) - ‘’Des âmes nues’’ (p. 79 – 83).
  • Samson Jean Erian Ludhovick : ‘’Écho du verso’’(p. 85 – 91).
  • Thélyson Orélien : ‘’Fossoyeur de rêves étranges’’ (p. 93 – 96).
  • Robert Berrouët-Oriol : ‘’Découdre le désastre’’ (extrait : p. 75 – 77).

 

À coup sûr, la lente traversée, page après page, de VENTS ALIZÉS - Poétiques du monde, saura apporter d’agréables et jouissives surprises à tous ses lecteurs. Revue de grand foc, VENTS ALIZÉS - Poétiques du monde mérite illico d’être consommé –-et sans aucune modération !


Robert Berrouët-Oriol

Linguiste-terminologue

Montréal, le 5 juin 2012

 


safe_image.jpgCliquez sur la photo de couverture pour accéder à la fenêtre de lecture de la revue VENTS ALIZÉS. Puis cliquez sur Expand pour ajuster l'échelle de l'agrandissement. Pour télécharger cliquez sur pdf à côté du titre et choisissez Download dans la fenêtre qui s'ouvre.

  

 

 

 


[1] Anderson Dovilas est l’un des jeunes poètes haïtiens qui, récemment, est intervenu avec sérieux et hauteur de vues sur la problématique de la quasi-captation, de la ‘’nationalisation’’ du champ littéraire haïtien et de son capital symbolique par un petit groupe d’écrivains gravitant autour du ‘’pouvoir’’ autocratique et discriminant que s’efforce d’ordonnancer ‘’Étonnants voyageurs – Haïti’’. Voir son texte ‘’Pouren finir avec cette dérogation littéraire en Haïti’’ du 2 avril 2012 : http://www.potomitan.info/ayiti/dovilas.php

Rédigé par Parole en Archipel par Thélyson Orélien

Repost 0