Triptyque d’Anderson Dovilas sur Parole en Archipel

Publié le 6 Août 2010

Anderson Dovilas: jeune plume avec qui Parole en Archipel a fait connaissance. Ci-joint trois de ses poèmes et une notice autobiographique qui trouvent leur place sur notre blog

 

clip image002

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Anderson DOVILAS est né à Port-au-Prince, le 2 juillet 1985. Il est Poète, comédien et étudiant en Psychologie à la Faculté d’Ethnologie et en Linguistique à la Faculté de Linguistique Appliquée de l’Université d’Etat d’Haïti. Ses textes sont traduits en Roumanie par Marilena Lisca. Auteur de deux ouvrages « Les Iles en Accent Aigu » publié en France parle le Chasseur Abstrait Editeur. Et « Pwel na Zo » Avec les éditions Lagomatik . Cette année il a été au 30ème éditons de Salon du livre à Paris. 

 


 

 

Demi-pause

 

Moi     

Poète de l’errance

Je partage mon vécu

Avec quelques strophes de l’au-delà

Pour imprimer l’instinct du quadrilatère 

Qui cagoule le verbe

Sur mon passage

Je me présente sans titre

Sous-titrage  d’une virgule à craindre

Quand les mots ressemblent

A des ustensiles sales

 

 

Terre à taire

 

Souffle d’écume

Je traverse  l’intemporel

Des images clause 

Sur l’épithète des tressages funestes 

Ma terre hybride de sinus

Chevauche les formules

Des siècles en arc de cercle

Quand on doit renouveler

La signature des ustensiles

Sur les crachats de ce monde

Sans portefeuille

Ici la vie est ailleurs

Ici l’amertume est référent

Thérapeutique des soupirs creux

Ici on a des factures

Pour bayer au bout des autres

Et si se taire est bleu

Ma vie est un blason

De rouille sans squelette

Qui grimpe les formes

De l’atmosphère sans dépouille

 

 

Rectiligne

 

J’éclabousse mon nom

Sans tiroir

Avec une carapace lexicale

Qui tranche l’opacité

De mes voyelles sèches

Et comme le temps qui se lève sans signature

Je cherche ce don chuté

Des échos de sang

Pour être obscure à tire-bouchon

J’aime la vie

Quand elle s’applique au verso

D’un trou d’ombre salé                                    

 

 

Anderson Dovilas 

 

Rédigé par Parole en Archipel

Repost 0