Yacinthe Valmy : «Quelle main faudrait-il pour prolonger ma soif»

Publié le 9 Juillet 2011

 

58743_104786336249725_100001550778445_37629_699060-copie-2.jpg  « Je suis né aux Gonaives le 11 septembre d'une année imprécise, incertaine. Peut-être à cause de la mort du soleil, le jour de ma naissance. Ah, qui sait... » Valmy Yacinthe 


 


Quelle main faudrait-il pour prolonger ma soif


 

Quelle main faudrait-il

pour prolonger ma soif

et jusqu'où porter

le regard qui cherche

le silence

 

et la mer pour te nommer

abandonnant à la marge

ses ruisselants gestes

 

oOo 

 

Le ciel se noie dans mon verre

ton sexe interpelle le regard

cultive des promesses de cendres

dans le chant des éperviers

 

entre volupté

et désir inapaisé

de te posséser 

le regard s'attarde vertical

sur ton corps

 

oOo 

 

La cécité des miroirs 

prolonge la nuit

clame les sémaphores

 

le vent dessine son portait

sur un ruban de sable 

et la terre s'abandonne

à la vanité des fleurs

 

L'aube renaît

de ses promesses marines

 

Yacinthe Valmy

in: Ancre des Dattes, éds. Page Ailée: Port-au-Prince, 2008

 



Je me présente à vous



je me présente à vous

sans masque ni fard

toujours les cheveux crépus

les lèvres épaisses

les yeux tantôt d'un noir vif et éclatant

tantôt d'un rouge écarlate

et d'un nez digne de pouvoir humer tout le vent du monde

 

je me présente a vous

sans masque ni fard

sans bijoux ni vêtements made in Occident

je me présente a vous avec la joie et la gentilles de mon peuple


 

oOo

 

je me souviens de ce soir d'hiver

où tombait encore la neige

où quelques rares passants

s'évertuaient à regagner leur demeure

ou quelques automobiles transperçaient,

avec leur klaxon,

le paisible silence des lieux

où seul pourtant

assis, devant ma porte vitrée

 

je réclamais un peu de soleil,

venant de ma terre natale

pour réchauffer mon cœur si nostalgique...

 

Yacinthe Valmy 

New-york, décembre 2010

Rédigé par Parole en Archipel

Repost 0